Reporting ESG - importance de l'ESG et des notations

Published on: 27 September 2022
by Syrine Zghal
pexels-andy-barbour-6684372

Les enjeux ESG sont un concept très répandu aujourd’hui. Plusieurs entreprises choisissent de prendre en compte les critères économiques, sociaux et de gouvernance dans la gestion générale de leurs activités. Encouragées par les conséquences désastreuses du changement climatique, il est devenu plus ou moins évident que prendre en compte ces trois lettres dans les décisions que les entreprises prennent au quotidien est devenu nécessaire. Ceci d’autant plus qu’il a été clairement annoncé que les principes ESG aident à établir des stratégies plus durables et un environnement propice.

Pourquoi une entreprise devrait-elle prendre en compte les critères ESG ?

La prise en compte des critères ESG, c’est participer en tant qu’entreprise à améliorer l’environnement interne et externe de l’entreprise. C’est à la fois participer à la réduction de son impact sur le réchauffement climatique mais à la fois intégrer les enjeux sociaux, vis-à-vis des employés ainsi que des activités plus régulées au sein de  l’entreprise. Cette intégration permet à l’entreprise d’améliorer ses performances mais aussi de se démarquer de la concurrence à travers une image nouvelle privilégiée par les consommateurs.

Qu'est-ce que la note ESG ?

Les notation ESG sont créées par des organisations commerciales et à but non lucratif. Leur but ultime est l’évaluation de l’engagement des entreprises envers les objectifs globaux de développement durable. La notation ESG ne prend pas uniquement en compte les mesures environnementales instaurées par les entreprises mais aussi sociales - relatives à leurs employés - ou de gouvernance - relatives aux décisions organisationnelles -. Ces notations sont indicatrices de la performance à long terme de l’entreprise et sont de plus en plus valorisées par les investisseurs.

Qui sont les organismes de notation ESG?

Les principales agences de notation ESG et fournisseurs de données sont Sustainalytics, MSCI ESG Research et ESGI. En général, l’agence de notation ESG évalue les risques et les opportunités selon les industries. Plusieurs méthodes de notation et d’évaluation sont utilisées par ces agences:

Sustainalytics: conclusions et résultats basés sur une analyse multi facteurs dont le business model, la solidité financière, la géographie et l'historique des incidents. Le score est compris entre 0-10 ou “negligible” et 40+ ou "sévère".

MSCI ESG Research: model quantitatif basé sur des intervalles et des valeurs moyennes pour chaque industrie pour les impacts externalisés tels que l'intensité de carbone, l'intensité d'eau et les taux de blessures. Une entreprise pourrait être classée comme Laggard (notée CCC ou B), Average (notée BB, BBB, A) ou encore Leader (notée AA, AAA).

ESGI:La méthodologie prend en compte trois issues majeures dans l’évaluation de prise de risque - environnement (30 %), droits de l'homme (50 %) et santé et sécurité (20 %) - agrégés à une notation globale par moyenne géométrique pondérée.

Les notations fournies par l’agence de notation ESG sont consultables par tous et publiées à l’échelle internationale. La plateforme KnowESG offre notamment de visualiser les notations des agences Refinitiv, Sustainalytics et MSCI fournies pour plus de 1000 entreprises différentes que nous accompagnons d’un résumé du profil de l’entreprise et auquel nous ajouterons prochainement une partie “ESG insights” pour aider à l’interprétation effective des résultats des agences de notation.

Certaines certifications comme le label B-Corp développé par B Lab ont une envergure internationale et récompensent les entreprises pour leur engagement. La certification B-corp s’agit de 200 questions sur la gouvernance, les collaborateurs, les communautés, l’environnement et les clients.

Quels obstacles au reporting ESG?

Le problème majeur de la notation ESG reste l’absence de normes claires qui définissent les critères de notation. Les notations dépendent largement de l’analyse et de l’interprétation des agences de notation à travers le monde mais aussi de la qualité des informations fournies par les entreprises et le degré de transparence privilégié dans leur reporting. Le reporting ESG requiert aussi certaines ressources de collecte et de traitement de données qui peuvent différer d’une entreprise à une autre selon que ces dernières soient par exemple des multinationales ou des startups. Selon le site Earlymetrics, “Une enquête menée auprès de 500 startups a montré que 37 % des entrepreneurs ont déclaré qu’il était trop tôt pour eux de mettre en place des politiques ESG et 20 % ont déclaré que les investisseurs ne s’en souciait guère.”

Cependant de nombreuses startups spécialisées en solutions d’Intelligence Artificielle ont pris d’excellentes initiatives pour aider à normaliser et à standardiser l’utilisation de plateformes de reporting ESG pour remédier à ces problèmes. Voici un top 10 de startups entre USA et Europe qui travaillent sur des solutions ESG capables de démocratiser le concept davantage dans le futur. Le reporting ESG permet notamment de contrôler les tentatives de greenwashing, concept expliqué dans un article précédent et de faire en sorte que de vrais changements soient implémentés dans le futur.

Ces notations sont notamment remises en question puisqu’elles n’expliquent pas par exemple les résultats atteints par des entreprises dont l’activité est purement polluante comme les entreprises extractrices d’énergie fossile comparées à d’autres compagnies. Le scandale Tesla est resté dans les esprits après que le CEO de l’entreprise Elon Musk ait qualifié les notations ESG d'escroquerie après que la compagnie pétrolière Exxon Mobil Corporation se soit classée parmi les dix premières du classement S&P Global Ratings.

Opinion: Le reporting ESG devrait-il devenir obligatoire?

Une étude conduite par Business Wire affirme que 60% des consommateurs paieraient plus pour des produits “green” et certifiés. S’il est possible pour les entreprises de sécuriser encore plus de profit et de faire en sorte de respecter l’environnement dans leurs activités et leur produit, c’est une situation gagnant-gagnant avant tout. Selon plusieurs sources, le reporting ESG serait bientôt obligatoire, d’autant plus qu’il est prôné par les investisseurs qui souhaitent désormais en savoir plus sur l’empreinte écologique des entreprises, leurs politiques ESG ou encore l’intégration de la soutenabilité dans leur modèle économique, en incluant les KPI’s non-financiers adoptés. Au Royaume-Uni par exemple, le reporting ESG est devenu obligatoire pour les larges entreprises (de plus de 500 employés ou d’un chiffre d’affaires de plus de £500 millions).

A notre humble avis, il serait bien intéressant de voir ce que le monde du business régi par des normes ESG pourrait donner. De plus, il semble que nous n’ayons pas le choix. Le changement climatique n’attend pas que l’on s’adapte et s’avère sans pitié. Plus vite la transaction se complètera et mieux nous irons. Jusqu’ici la transition ne s’avère pas comprendre de conséquences fatales comparée au statu quo. Si le passage aux régulations ESG promet des entreprises plus organisées, plus transparentes et des employés épanouis, il est seulement raisonnable de donner une chance au passage à des activités et une économie plus soutenables.

Avec les changements que le monde est en train de subir comme le réchauffement climatique, le passage à l’ESG semble de plus en plus requis. Achever la transition vers l’ESG, les activités plus soutenables et le tracking de l’empreinte écologique des entreprises pourrait bientôt devenir obligatoire. Il est donc raisonnable de rejoindre le reste des entreprises dans la transformation vers une économie plus verte en commençant à adopter les pratiques du reporting ESG dès aujourd’hui. Il reste cependant nécessaire pour les organismes régulateurs de passer à la standardisation du processus de reporting ESG avant de le rendre obligatoire pour les entreprises

Share:
esg
esg
esg
esg