COP27- Vue d'ensemble sur la conférence sur le climat des Nations Unies

Published on:
by Syrine Zghal
world-g4cc47881b 1920

La conférence des Nations Unies COP27 est attendue par tous. Tenue cette année en Egypte, c’est notamment considéré comme un symbole d’entraide et de soutien des pays en voie de développement. 

Qu’est-ce que la COP27?

La COP27 est la 27ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques tenue à  Sharm el-Sheikh en Egypte du 6 au 18 Novembre 2022. La COP27 discutera principalement des possibilités d’assistance financière envers les pays en voie de développement ainsi que les pertes et dommages et les possibles pratiques et politiques pouvant être mises en place pour réduire l’écart entre pays développés et pays en voie de développement. Vous pouvez en savoir plus sur cet événement dans notre articleen anglais sur KnowESG.

La COP27: doutes et controverses

Grâce à un don de 7 millions de dollars de la part du Global Environment Facility (GEF), la ville de Sharm-el-Sheikh est maintenant promue comme “green”. Les efforts pour la COP27 se succèdent pour mettre en place des initiatives comme le transport électrique pour éblouir les visiteurs et pour des soucis de cohérence avec le concept même de la conférence sur le climat des Nations Unies. Si toutes ces décisions et transformations sont les bienvenues, le reste du monde serait d’accord sur le fait que ceci ne devrait pas s’arrêter à une ville touristique ou à une conférence sur le climat. 

Toujours dans la thématique green et eco-friendly, jetons un œil aux infrastructures spéciales mises en œuvre pour les invités de la COP27. Malgré les efforts pour introduire un transport électrique ainsi que des hôtels certifiés Green Star et des panneaux solaires pour couvrir la consommation de l’édifice, la question de la compagnie aérienne Etihad qui a décidé d’opérer des vols net-zéro grâce à du carburant durable d’aviation (Sustainable Aviation Fuel) reste à poser, puisque les coûts de cette ressources sont 4 fois plus élevés. Dans des situations comme celles-ci, la conférence ne devrait-elle pas être en remote et ne pas engager de personnes à effectuer des aller-retour en avion?

Récemment, la COP27 a annoncé le partenariat avec la compagnie aérienne nationale Etihad Airways grâce auquel les vols effectués pour déplacer les invités de la conférence seront net-zero, c’est-à-dire déclarés sans émissions et sans dangers sur l’environnement grâce à une solution de carburant d'aviation durable.

Jusqu’ici les organisateurs semblent avoir trouvé une solution à toute critique possible parvenant d’une partie externe comme nous le faisons ici-même dans cet article.

Passons maintenant à un point plus lié à la cohérence: la nouvelle qui a fait fureur du sponsoring ouvert aux entreprises et pas n’importe lesquelles. Coca-Cola aurait payé pour faire partie des sponsors de la COP27. Selon un article paru dans le site de Forbes, le directeur des campagnes “oceans” chez Greenpeace John Hocevar affirme que Coca-Cola produirait en effet 120 milliards de bouteilles jetables par an avec 99% du plastique issu de l’énergie fossile. Coca-Cola aurait répondu à ces critiques en soulignant l’importance pour l’entreprise de participer à des actions pour la protection et le sauvetage des océans en déclarant que d’ici 2030, toute bouteille achetée équivaudrait à une bouteille repêchée de l’océan. Mais pour être digne d’un sponsor de la COP27, ne devrait-on pas initialement n’avoir aucune bouteille de plastique comme base de notre produit phare?

Finalement, pour la COP27, s’entourer à la fois de Coca-Cola et de Greenpeace donne lieu à plusieurs remises en question et invite l’audience à se demander s’il s’agit de Coca-Cola qui s’apprête au Greenwashing ou s’il s’agit de la COP27 elle même en ajoutant Greenpeace à la liste de ses sponsors.

Nous pouvons ainsi passer au dernier point et non des plus négligeables; une des plus grandes thématiques autour de laquelle se rassembleront des représentants de pays du monde entier est ce qui a été désigné par “loss and damage” ou “pertes et dommages” liées aux conséquences du réchauffement climatique. Or, il est évident que tous les pays du monde n’ont guère été touchés de la même manière par ces catastrophes et qu’ils n’ont de même pas contribué à la même hauteur à l’expansion des phénomènes qui menacent l’extinction de plusieurs espèces et peut-être de l’humanité. Les États-Unis ainsi que l’Europe totalisent annuellement près de 40% de l’émission globale de CO2. Ce sont deux des régions les plus polluantes au monde après l’Asie. Si l’on se remémore les évènements de la COP26, on peut revivre le même débat relatif aux “pertes et dommages” et à la compensation financière considérée comme “juste” aux pays les plus touchés par le phénomène de réchauffement climatique. Pourtant deux grandes puissances -mais aussi deux des plus grands responsables- étant les États-Unis et l’Europe ont reporté ce dialogue sous peine que cela ne mène qu’à des litiges sans résultat.

La COP26 a donc été considérée comme un échec. Comme le poids de ces pays reste le plus important, nous nous réservons le droit de rester dubitatifs à l’égard de cette nouvelle conférence. Selon un article de Thomson Reuters, cette discussion aurait même commencé aux Nations Unies neuf années auparavant, mise à part l’engagement de certains donneurs pour renforcer l’assurance contre les catastrophes naturelles dans les pays en développement.

La COP27 est une des conférences les plus attendues de cette année mais non sans débats. De l'agrégation des actualités relatives à l'événement  à nos pièces de contenu 100% originales, vous ne manquerez rien de la conférence ni de ce que l'on en pense. Sur KnowESG, nous créerons une section dédiée à la couverture de la COP27.

Dans un prochain article, nous traiterons de l’évolution des thématiques, des décisions et débats qui a eu lieu entre COP26 et COP27. 

Restez connectés sur KnowESG pour en savoir plus. Nous vous préparons un contenu visuel spécial COP27 à ne pas rater!

Share:
esg
esg
esg
esg