Un air plus pur, c'est possible! Qualité de l'Air Intérieur- PT2

Published on: 11 October 2022
by Syrine Zghal
arjun-mj-ahiyzvo9qlo-unsplash

N’est-ce pas assez dur d’honorer ses ambitions et puiser chaque matin en soi la force de remplir ses objectifs de la journée. Nous avons besoin d’une bouffée d’air fraîche tous les jours et pourtant, comme nous en avons parlé dans notre article précédent, la qualité de l’air n’est pas à prendre pour acquise. La qualité de l'air intérieur (QAI) est tout aussi importante que la qualité extérieure sinon plus critique. Elle recouvre non seulement la composition de l’air dans les espaces fermés mais aussi les paramètres relatifs au bien-être et au confort de toute personne présente dans l’un de ces espaces. Pour la plupart d’entre nous, le temps passé à l’extérieur est minime comparé à celui passé dans un espace clos. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le nombre de victimes dû à la pollution de l’air intérieure a été de 3,2 millions de décès par an, en 2020.

Quelles sont les normes de la qualité de l'air ?

La pollution de l’air est un problème qui nous concerne tous. Que le bâtiment soit ancien ou nouveau, il n’est pas possible d’être à l’abri des polluants qui peuvent s’infiltrer. Excès ou manque de ventilation peuvent tous deux conduire à la pollution intérieure par exemple. Les composants initiateurs de cette pollution peuvent être chimiques (benzènes, composés organiques volatiles, etc.), physiques (humidité, amiante, etc.) ou biologiques (acariens, champignons,etc.). 

Ce phénomène peut atteindre les fonctions psycho-motrices de l’humain, affecter sa santé physique et mentale et bien entendu sa productivité au travail. Parmi ces maladies on peut citer le cancer ou encore les maladies cardiovasculaires.

L’importance de la conscience et du comportement

Maintenant que nous avons établi que vous pouviez être attaqués par vos propres périphériques -et oui! les ordinateurs, photocopieuses et imprimantes rejettent des composés organiques volatiles-, il est important d’être conscients du danger qui guettent les personnes prédisposées ou non aux allergies et à des conditions médicales qui les rendent sensibles. Plusieurs organismes et régulateurs tentent de sensibiliser à l’impact de la pollution intérieure et à l’importance de maintenir une ventilation conforme aux normes conseillées. Cependant, l’âge ainsi que la prédisposition mentionnée précédemment jouent un rôle dans le déclenchement de réactions immédiates à ces composants. A chaque fois, il est important de différencier la possibilité que vous ayez attrapé froid de la pollution intérieure. Si les symptômes s’estompent lorsque vous quittez un endroit, il est très probable que votre état y soit lié. Les parfums ou présence d’animaux jouent aussi un rôle dans cette pollution intérieure mais surtout le tabac connu pour avoir plus de 4000 substances chimiques. Il est donc aussi de la responsabilité de l’individu de considérer que ses comportements peuvent influencer plus d’une personne de son entourage.

Zoom sur le “S” d’“ESG”

Comme mentionné précédemment, la pollution intérieure peut influencer le côté social de l’ESG. La pollution intérieure peut influencer la productivité des employés et remettre en question l’environnement mis à disposition par l’entreprise au service de ces derniers.  Toute entreprise se doit de porter attention à cette variable. Elle pourra ainsi influencer la communauté locale comme elle pourra créer un impact à plus grande échelle.

La dimension sociale des principes ESG est souvent ommise par rapport aux dimensions environnementale et gouvernance. C’est pour cela que l’attention est portée vers le sociale qui contribue à équilibrer la stratégie ESG et à assurer l’efficacité de l’impact visé par l’entreprise. En effet, une initiative pareille ne peut que soutenir votre transition aux normes ESG et renforcer votre engagement envers un futur plus soutenable.

Un article par ZiggyTec propose la quantification du côté “Social” de l’ESG en utilisant l’indicateur de qualité de l'air intérieur (QAI) puisque ce critère pourrait servir à indiquer le bien-être des employés. Mais, intervenir contre cette pollution c’est aussi mettre la technologie au service de l’amélioration des conditions de travail au sein des entreprises afin de surveiller et d’analyser des échantillons de l’air intérieur et d’en inspecter constamment la qualité.

La qualité de l’air intérieur fait partie des challenges que la génération actuelle devrait relever. En effet, cette métrique devrait faire partie des objectifs que les entreprises se fixent pour remplir leur objectifs ESG si ce n’est déjà le cas. Nulle entreprise n’est exemptée. Il est vrai que l’industrie dans laquelle la compagnie opère pourrait affecter le taux de pollution intérieure engendré mais la gravité et les risques restent les mêmes. Un avantage supplémentaire à l’appropriation et à la résolution de cette issue reste l’économie d’énergie qui pourrait être réalisée à travers le monitoring et la purification fréquente de l’air intérieur surtout lorsqu’il s’agit d’usage de systèmes de ventilation.

La qualité de l’air intérieur est une menace envers la sécurité physique et mentale des individus, que ce soit dans leur propriétés privées ou sur leur lieu de travail. Si l’état est grave et le monde soutient le combat contre la pollution extérieure et le changement climatique, il faut savoir que la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments est toute aussi importante. En tant qu’entreprise, accorder une portion de cette attention à la qualité de l’air intérieur est non seulement un signe d’engagement envers vos employés et une meilleure productivité, mais c’est aussi un élément de plus à barrer de la liste des initiatives à entreprendre pour une transition ESG efficace et impactante.

Share:
esg
esg
esg
esg